La baisse du prix des imprimantes 3D pourrait attirer le grand public

Les imprimantes 3D à moins de 500 dollars HT présentées lors du salon Inside 3D Printing qui s’est tenu à New York du 2 au 4 avril ne peuvent imprimer que de petits objets dans des couleurs limitées. Mais les prix de certaines imprimantes 3D plus avancées sont aussi en baisse, si bien que le marché devient accessible à un public plus large.

L’impression 3D consiste à faire couler à travers une buse un filament de plastique ou autre sur un substrat pour « imprimer » des objets en trois dimensions. Le procédé a déjà été utilisé pour fabriquer divers produits comme des coques de smartphone, des jouets, des pièces automobiles ou aéronautiques, et même une sonde spatiale. « L’impression 3D permet de produire plus rapidement et à moindre coût des pièces détachées, la conception et le prototypage des pièces étant plus facile », a déclaré Avi Reichental, CEO de 3D Systems lors d’une keynote du salon Inside 3D Printing qui s’est tenu à New York du 2 au 4 avril. « On demande aux entreprises de produire des produits toujours plus rapidement. Avec une imprimante 3D, une entreprise peut arriver à produire des millions d’unités pour le prix d’une unité » en passant par un procédé industriel classique.

« Le prix des imprimantes 3D baisse rapidement, à cause des progrès technologiques, mais aussi du fait de l’expiration de certains brevets et d’une concurrence de plus en plus forte », a déclaré Tim Shepherd, analyste senior chez Canalys Research. « Aujourd’hui, on peut acheter des imprimantes d’entrée de gamme, relativement basiques, pour quelques centaines de dollars. Il n’y a pas si longtemps, ces mêmes imprimantes coûtaient plusieurs milliers de dollars », a ajouté l’analyste. Ce dernier prévoit dans les années à venir une croissance rapide du marché de l’imprimante 3D. Il estime que les ventes d’imprimantes, de matériels et de services atteindront 3,8 milliards de dollars cette année, contre 2,5 milliards de dollars l’an dernier et que le marché atteindra 16,2 milliards de dollars en 2018. Mais, selon lui, « c’est l’entrée de constructeurs comme Hewlett-Packard qui alimentera vraiment la croissance du marché de l’impression 3D ». Actuellement, les entreprises les plus reconnues du secteur sont MakerBot et 3D Systems.

Des imprimantes bon marché mais très limitées

Au cours du salon, XYZSystems a montré un produit à 499 dollars HT destiné à l’usage particulier. L’imprimante nommée da Vinci 1.0 est dotée d’une seule buse, ce qui signifie qu’elle ne peut produire que des articles monocolores. Elle permet de fabriquer des objets de 200 x 200 x 200 millimètres au plus. « La da Vinci pourrait intéresser les particuliers, les amateurs, les étudiants impliqués dans des projets scientifiques et les enseignants qui veulent décorer leurs salles de cours », a déclaré Tsai Phair, spécialiste du marketing chez XYZSystems, une filiale du groupe taïwanais Kinpo qui fabrique des imprimantes industrielles 2D depuis une vingtaine d’années. « XYZSystems a baissé le prix de ses imprimantes 3D les plus évoluées, mais il était important de proposer un modèle d’entrée de gamme pour pénétrer le marché domestique », a déclaré Tsai Phair. « Notre objectif est de faire tomber l’obstacle du prix pour le grand public, de créer un premier lien avec ces utilisateurs, et de faire en sorte qu’ils commencent à utiliser l’impression 3D », a encore déclaré le spécialiste du marketing. Une autre imprimante 3D à 499 dollars HT a été montrée lors du salon Inside 3D Printing. Nommée Solidoodle, elle est également dotée d’une seule buse et peut imprimer des objets en plastique de 152,4 x152,4 x 152,4 mm au plus. L’imprimante est déjà vendue dans le commerce.

Certaines imprimantes 3D plus performantes, capables de fabriquer des objets de plus grande dimension et avec plusieurs buses, voient également leur prix baisser. « Le prix de l’imprimante 3D Up Plus de X Objects est tombé à 1500 dollars HT, contre 4000 dollars HT, lorsqu’elle a été mise sur le marché il y a trois ans », a déclaré Brian Quan, président de X Objects. La Up Mini, vendue 880 dollars HT sur Amazon, est la moins chère des imprimantes 3D de X Objects. « Je ne serais pas surpris que son prix baisse encore dans les trois prochains mois », a déclaré le président.

Encore plus de 3000 dollars pour une bonne imprimante 3D

Quant à la ProDesk3D de BotObjects, elle coûte 3249 dollars HT, mais elle permet d’imprimer dans toutes les couleurs. Elle dispose en effet de cinq cartouches que l’on peut mélanger pour imprimer des objets en plastique. « La ProDesk3D est une imprimante semi-professionnelle, qui convient aussi bien pour un usage domestique que pour le bureau », a déclaré Mike Douma, directeur de la technologie et co-fondateur de BotObjects. « Comme tous les fabricants d’imprimantes 3D, nous travaillons à améliorer le produit et le design, et à rendre la technologie toujours plus performante », a déclaré de CTO de BotObjects. Jusqu’à présent, les imprimantes 3D qui pouvaient convenir à un usage domestique ont été surtout utilisées par des amateurs et des adopteurs précoces.

L’imprimante 3D Systems Cube Easy Plug à 1299 dollars HT de 3D Heights a été essentiellement achetée par des inventeurs ou des entrepreneurs. Jerry Castanos, le président de 3D Heights se dit sceptique sur l’usage domestique et quotidien des imprimantes 3D. « Il y a effectivement eu quelques petits entrepreneurs individuels dans notre quartier qui ont acheté l’imprimante 3D pour revendre des objets sur Amazon », a déclaré Jerry Castanos. Mais ce dernier pense que les imprimantes 3D seront comme les photocopieurs : les gens iront dans la boutique la plus proche pour faire imprimer des objets 3D, au lieu d’avoir une imprimante à la maison. « Ceux qui ont franchi le pas sont surtout des amateurs et des adopteurs précoces », a déclaré l’analyste de Canalys Research. Celui-ci pense également qu’il y a un temps d’apprentissage. Les imprimantes 3D deviendront vraiment des « produits domestiques », d’une part quand ces appareils seront plus abordables et plus faciles à configurer et à utiliser, mais également quand un plus grand nombre de consommateurs auront été formés – adultes ou enfants – à utiliser les logiciels de conception assistée par ordinateur (CAO) », a déclaré l’analyste.

Un produit toujours complexe à utiliser

« Les questions de service et d’entretien augmentent également le coût des imprimantes 3D. Il faut acheter aussi acheter du support technique », a déclaré le président de X Objects. Le filament en lui-même ne coûte pas très cher, 50 dollars HT environ et moins le kilo. Avec 1 kilo on peut imprimer 350 pièces d’échecs par exemple. « La technologie sera de plus en plus facile à utiliser, mais on n’arrivera jamais à la simplicité d’une imprimante 2D, qui compte de nombreuses années de recherche et de développement », a encore déclaré Brian Quan.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page